La Newsletter de L'Annuaire Dentaire - N°21 - Février 2018
www.annuairedentaire.com
LA NEWSLETTER DE L'ANNUAIRE DENTAIRE
N° 21 -Février 2018

Beaucoup d’études prospectives fleurissent en ce moment, prévoyant de profondes modifications structurelles dans l’exercice de l’art dentaire pour les 10, 15, voire 25 prochaines années. Elles seraient produites par la conjonction de plusieurs phénomènes sans que l’on arrive parfois à bien distinguer les causes des effets.

Si l’on s’inscrit dans le temps long, 5 phénomènes semblent déterminants d’une évolution profonde à venir : le regroupement des professionnels et l’extension du salariat, la numérisation du cabinet, l’émergence des assistantes dentaires en tant que professionnelles de santé qualifiées, la féminisation et l’augmentation des effectifs professionnels et enfin les pressions politiques pour contenir les dépenses de santé.


Le collectif, avant toute chose
On nous prévoit un regroupement croissant des professionnels au sein de structures de Groupe, en mode libéral ou salarié. Il semble en effet difficile d’y échapper avec tous ces avantages : amortir plus facilement le coût d’un matériel numérique de plus en plus coûteux, partager les savoir-faire de praticiens de plus en plus spécialisés, répondre aux contraintes économiques de toujours plus d’efficacité, alléger le poids individuels des responsabilités d’un exercice professionnel de plus en plus exigeant, intégrer un nombre croissant de professionnels dans des structures souples ... le regroupement professionnel semble être la principale réponse d’une profession qui se sent sous pression face aux profondes mutations de son environnement. Il s’agit donc probablement d’un réflexe de protection. Si la pression diminuait, serait-il toujours vécu comme inéluctable ?

Le cabinet numérique de demain
Le monde qui nous entoure devient numérique, les chirurgiens-dentistes pourraient-ils y échapper ? La CFAO apporte autonomie, précision améliorée, traitement prothétique en une séance ... difficile de résister aux sirènes d’une technologie de plus en plus envahissante, mais la rentabilité sera-t-elle au rendez-vous, une fois compté l’amortissement de l’équipement, le temps consacré à l’apprentissage de ces nouvelles techniques et à la réalisation des prothèses ?


L’assistante dentaire, une professionnelle de santé à part entière
Le Conseil de l’ordre s’en est saisie et œuvre pour une profession de plus en plus qualifiée et professionnelle et vise même une formation de niveau BAC+2 avec des compétences médico-techniques en orthopédie dento-faciale, radiologie, pédiatrie, endodontie, esthétique, prévention, éducation thérapeutique ... on est donc loin de l’assistante dentaire cantonnée à l’accueil des patients et à l’accompagnement opératoire. Des qualifications indispensables pour utiliser du matériel numérique hautement technique dans un environnement de cabinets collectifs et pluridisciplinaires devenus très exigeants. La profession trouvera-t-elle tous ces profils pointus pour répondre à ses besoins ?

Une profession en expansion et féminisée
D’après une étude de la Drees, les effectifs des chirurgiens-dentistes seront de 49 000 professionnels en 2040, soit une hausse de 18%, et les femmes seront plus nombreuses que les hommes dès 2024. Voilà des changements de paradigmes majeurs associés au fait qu’au moins un tiers des nouveaux chirurgiens-dentistes auront été diplômés à l’étranger et à une hausse marquée du salariat par rapport à l’exercice libéral. Des transformations radicales de la démographie d’une profession qui pourraient en modifier complètement les comportements et les perspectives. Dans quels sens ?
Une pression économique qui monte, qui monte ...
Les discussions difficiles et interminables sur le règlement amiable avec la CPAM en sont les prémices. La pression des pouvoirs publics sur l’économie de la profession ne fera que croître pour des objectifs politiques (le fameux "zéro à charge"), ou pour des rééquilibrages dans les politiques de santé publique (favoriser la prévention et les soins conservateurs). Des enjeux certes importants mais bien faibles rapportés aux dépenses de santé. Le dentaire fait actuellement l’objet de toutes les attentions, pour toujours ?
Une variable essentielle mais insaisissable, le patient
Une seule tendance de fond semble échappée aux prévisionnistes de tout bord. Les souhaits et attentes du patient : souscrira-t-il aux cabinets collectifs ou aux centres dentaires et multidisciplinaires, goûtera-t-il aux joies du "tout-numérique", appréciera-t-il qu’une partie de ses soins soit réalisée par une assistante dentaire,…. . C’est pourtant de son attitude et de ses choix face à toutes ces tendances du futur que la profession dentaire dépendra le plus pour son avenir.
12-13-14 avril 2018 :
Dental Forum- Parc floral de Paris-Vincennes

Organisée à Paris tous les 2 ans, voilà une manifestation destinée aux Laboratoires de prothèse dentaire qui tombe à point nommé pour tenter de répondre aux interrogations qui se posent sur leur avenir. Irruption de la CFAO dans les cabinets dentaires, limitation des prix des prothèses dentaires par décision conventionnelle, nouvelles technologies numériques de plus en plus sophistiquées, nouveaux matériaux ...

Le Dental Forum mixera présentation des nouvelles technologies lors de conférences thématiques et par les fabricants spécialistes du secteur et conférences et débats sur les tendances d’avenir de cette profession au cœur des mutations du monde dentaire.

Innovation de cette édition du Dental Forum, une COOP’zone installée en plein cœur de l’exposition et destinée à faire rencontrer, et coopérer Chirurgiens-dentistes et Laboratoires de prothèse, en particulier en matière de transferts numériques de fichiers et validation des designs.
DES BRÊVES EN CHIFFRES, DES CHIFFRES EN BREF !

- +3 %, la progression des dépenses de soins de ville de janvier à septembre 2017. A noter, avec 1,5% l’évolution des dépenses dentaires progressent 2 fois moins vite que la moyenne générale.

- 4,2 milliards €, d’économie prévus pour l’assurance maladie en 2018. Les premiers contributeurs de ces économies seront les médicaments (-1,49 milliard €) et les hôpitaux (-1,21 milliard €).

- 43% du chiffre d’affaires,la valeur moyenne d’un cabinet dentaire, selon une étude menée par Interfimo début 2018. A remarquer que ce pourcentage a augmenté sur les dernières années, puisqu’il n’était que de 35% en 2015.


Office National de Publication et de Communication - Contact : 01 42 09 12 54 - technique-den@onpc.fr


Désabonnement